Accueil > Nouvelles > Santé mentale

L’activité physique, un moyen de prévenir la dépression selon les chercheurs

décembre 24, 2021

Par Guy Faulkner (Ph. D.) et George Mammen, candidat au doctorat.

Voici un court résumé d’un rapport de recherche publié sur le site du Alberta Centre for Active Living sous la rubrique « Research Update » de février  2014, vol. 21, no 1. Cet article a été rédigé par Guy Faulkner (Ph. D.) et George Mammen, candidat au doctorat.  

La dépression est un problème de santé mentale est en hausse dans le monde entier. L’Organisation mondiale de la santé prédit que d’ici 2020, ce sera la deuxième cause d’invalidité en importance après la cardiopathie ischémique (maladie du cœur causée par un blocage des artères).

Les auteurs ont examiné 30 études qui se sont penchées sur le rapport entre l’activité physique et la santé mentale. Vingt-cinq de ces études concluent que l’activité physique prévient le déclenchement de la dépression. Chaque étude a pris comme point de référence  le niveau d’activité physique de chaque participant au début de l’étude et a suivi leur risque de dépression au fil de l’étude. Plus les participants étaient actifs, moins grand était leur risque.

À quel point devrait-on être actif pour prévenir la dépression?

Les Directives canadiennes en matière d’activité physique recommandent 150 minutes d’activité physique par semaine d’intensité modérée à élevée. La recherche semble démontrer que l’activité physique à une fréquence moindre peut protéger contre les dépressions futures. Une étude réalisée en 2010 a rapporté que les gens qui jardinent ou marchent 120 minutes par semaine réduisaient de 63 % leur risque de future dépression. D’autres études ont constaté que moins de 20 minutes d’activité physique par jour peuvent prémunir contre la dépression.

L’activité physique, un moyen de prévenir la dépression selon les chercheurs

Quel type d’activité physique aide à prévenir la dépression?

Cette revue de littérature scientifique a uniquement porté sur l’activité physique aérobie, telle que le vélo, la course ou la marche. D’autres activités, telle la musculation ou le yoga, pourraient aussi s’avérer bénéfiques, mais n’ont pas fait partie de cette revue.

Pour résumer…

Les aînés devraient essayer de suivre les recommandations trouvées dans les Directives canadiennes en matière d’activité soit 150 minutes d’activité physique aérobie d’intensité modérée à élevée par séances d’au moins 10 minutes. Il est amplement démontré que l’activité physique, même réduite, aide à prévenir la dépression.

Au sujet des auteurs
Le professeur Faulkner enseigne à la faculté de kinésiologie et d’éducation physique de l’Université de Toronto et M. Mammen, est un étudiant au doctorat à la même faculté. Leur recherche porte sur divers aspects de l’activité physique et de la santé mentale.

Cliquez ici pour imprimer le fichier PDF – Santé mentale – L’activité physique, un moyen de prévenir la dépression selon les chercheurs


Une bonne santé mentale

octobre 29, 2021

par Gim Ong, M.B.A., M.Th.

À mesure que nous vieillissons, nous tendons à avoir des oublis. La crainte de perdre leurs facultés mentales et la mémoire est prédominante parmi les 14 millions et plus de baby-boomers au Canada.

Nous sommes nombreux à nous préoccuper de la maladie d’Alzheimer, mais les statistiques nous apprennent que 80 % d’entre nous ne souffrirons jamais de cette maladie. Quels que soient notre bagage génétique ou nos antécédents familiaux, les choix liés à notre mode de vie peuvent ralentir le déclin cognitif associé au vieillissement.

Il y a une décennie, plusieurs croyaient que le cerveau des adultes âgés ne pouvait pas se développer. En fait notre cerveau continue à se développer et à se remodeler tout au long de notre vie. La recherche nous indique aussi que l’apprentissage d’une nouvelle habileté, par exemple apprendre à jouer au bridge ou aux échecs, apprendre à parler une langue étrangère, apprendre à jouer un instrument de musique, ou même danser, créent de nouvelles chaînes neuroniques dans le cerveau. Ces nouvelles chaînes neuroniques améliorent la fonction cognitive.

Nos attitudes, notre mode de vie et nos rapports avec les autres peuvent également améliorer nos fonctions cérébrales et notre mémoire. Voici quelques conseils :

  • Ayez des pensées positives et concentrez-vous sur les solutions à vos problèmes.
  • Faites appel à votre réseau d’amis et à votre famille.
  • Faites de l’exercice pour favoriser la sécrétion d’endorphines et améliorer votre circulation sanguine au cerveau.
  • Mangez de bons aliments.
  • Apprenez à vous détendre et cessez de vous inquiéter.
  • Souriez – une personne qui sourit sécrète de bonnes hormones.
  • Faites beaucoup de câlins. Il a été démontré que cela réduit le stress.

Une bonne santé mentale

Nous ne cessons pas de jouer parce que nous vieillissons. Nous vieillissons parce que nous cessons de jouer.

Le bridge est un jeu stimulant sur le plan intellectuel qui aide à conserver sa vivacité d’esprit. C’est un jeu qui s’adresse aux gens qui recherchent une occupation intelligente dans un contexte social. Le déroulement du jeu est rapide et exigeant mentalement. Chaque main prend de 5 à 10 minutes à jouer et chaque main représente un nouveau mystère à résoudre. C’est une excellente activité aussi pour des raisons sociales – les joueurs de bridge sont joyeux, et quand on est joyeux on est aussi en meilleure santé.

Nous pouvons maintenir et même améliorer notre santé mentale au fil des années. Un esprit actif stimule le système immunitaire et aide à vous se garder en bonne santé et sage. Nous ne cessons pas de jouer parce que nous vieillissons. Nous vieillissons parce que nous cessons de jouer.

Au sujet de l’auteur
Gim Ong, rédacteur indépendant, titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires, counseling et théologie et président du fonds de bienfaisance de la Fédération canadienne de bridge.

Cliquez ici pour imprimer le fichier PDF – Santé mentale – Une bonne santé mentale